Beaucoup d’entre vous la connaissent déjà, d’autre seulement en partie… je vous ai promis qu’on parlerait de ça ici alors c’est le moment de vous raconter mon histoire avec la Danse!

Dès mes 2 ans j’ai pris des poses de danseuse et j’ai commencé à bouger mes petites fesses chez ma nounou, une amie de maman qui était prof de jazz à Tours. C’est rigolo j’ai encore une image précise d’un moment dans sa salle de danse avec ses élèves… Vous aussi vous avez des souvenirs de quand vous aviez 3 ans?? Pour moi ce souvenir si lointain est un signe: la danse c’est une vocation depuis mon plus jeune âge.

Lucie bébé

Vers 5 ans j’ai pris des cours dans une petite école de Tours, mais mon seul souvenir de cette époque est que ma prof m’avait interdit d’aller aux toilettes faire pipi et que j’ai tellement souffert de me retenir que j’ai décidé de ne plus jamais y retourner!

C’est là que mes parents m’ont inscrite au « Jardin Musical » du C.N.R. de Tours, une initiation à la danse où les enfants dansent librement sur la musique qu’on leur propose. Bien plus amusant que les cours de ma prof sévère qui m’empêche de faire pipi!

Mon amour pour la danse est né pendant ces années d’horaires d’abord « traditionnels », puis « aménagés » au Conservatoire de Tours. École primaire, puis collège, combiné avec des cours de danse, de solfège, de chant, que seule une grande cours de récréation pleine de châtaigniers sépare. À part la peur de me prendre le ballon des garçons dans la figure (on aurait dit que j’étais l’aimant du ballon, ou c’était les mecs qui le faisaient exprès?), rien ne m’arrêtait et j’ai savouré ces années d’apprentissage, sous le regard des mes profs, Rémy, Mme Chaffaud, Agnès, Michèle et tant d’autres!

Le collège c’était pas facile, avec les contrôles de math, les rateaux des garçons ou les combats entre amoureux, mon appareil dentaire qui me faisait mal aux dents et au coeur… Mais c’était aussi merveilleux grâce aux copines et copains, Isabelle, Géraldine, Marie-Sarah, Andrea, Estelle, Thomas, Sylvain et aux chéris Félix, Maxime, Lilian… et j’en passe!

La danse c’était mon lieu d’épanouissement. J’ai appris à aimer la musique et à l’utiliser pour mieux danser. Et j’ai eu de la chance avec des profs exceptionnels, qui m’ont poussée jusqu’à mes 13 ans. Premier prix du C.N.R. en poche, j’ai fait mes valises pour Paris où j’ai été admise au CNSM.

Lucie, 15 ans, Le Corsaire
À 15 ans dans le Pas de Deux du Corsaire

J’avais bien essayé de rentrer à l’Opéra à 11 ans, mais c’était peine perdue! Du haut de mes 1m35 je ne risquais pas de faire l’affaire, la surveillante de l’audition me l’a bien fait comprendre quand juste avant mon entrée devant Claude Bessy elle me sort « ben quoi? t’as oublié de grandir? ». Là non plus j’ai pas voulu y remettre les pieds…

J’ai fait toute ma scolarité au CNSMDP, 4 années en tant qu’élève puis une année de Junior Ballet. Là c’était déjà moins relax! Pas de cours de récré qui sent bon le châtaignier, mais un établissement ultra moderne super imposant, dans le 19ème arrondissement.

Un an d’internat m’a suffit, je suis vite allée me réfugier dans l’appartement de papa dès mon entrée en 2ème année. C’était quand même mieux que dans une petite chambre à pleurnicher mes parents!

Au CNSM il y avait de la concurrence, mais aussi un esprit de solidarité. Je me suis fait des supers amis que j’ai encore aujourd’hui. Et les profs nous ont fait marrer, et rêver… Encore aujourd’hui je me rappelle de la tête de ma prof d’atelier juste après mes solos de contemporains, les multitudes de pirouettes exécutées grâce au point Snoopy de Wilfride Piollet, les corrections de M. Soloviev (« c’est merde! »)… Des années difficiles mentalement et physiquement, mais qui m’ont beaucoup fait grandir!

 En Septembre 2005, à 18 ans, et diplômes en poche, je suis engagée à l’Opéra de Bavière (Bayerisches Staatsballett), et c’est mon premier contrat comme danseuse professionnelle. J’y rentre comme « apprentice », et mes premiers pas sur l’immense scène de Munich se feront dans « Limb’s Theorem » de W. Forsythe, pour un remplacement au pied levé. Je crois que je n’ai jamais été aussi perdue de ma vie sur scène! Mais ça m’a quand même permis d’être engagée dans le corps de ballet dès Février. S’ensuivent 7 belles années dans la compagnie, que je vous raconterai plus en détails une autre fois. Ça vaut bien un article complet!

Les anecdotes du Lac des Cygnes, de La Bayadère, de la Belle au Bois Dormant, des chorégraphies de Ashton, Mats Ek, Nacho Duato… Je vous raconterai tout ça dans mon prochain article dédié à la danse!

En Janvier 2012, après 7 ans dans la compagnie, j’ai eu un gros ras le bol dans les coulisses un jour, en discutant avec des amis pendant une répétition sur scène. Et c’est là que j’ai décidé de démissionner. J’ai appelé papa et je lui ai dit que je voulais partir et en parler à mon directeur le jour même. Il m’a dit d’accord, tu fais ce que tu veux ma pucinette. Et à 17h30 j’étais dans le bureau d’Ivan Liska, et je lui annonçais la nouvelle.

En Allemagne il y a de nombreuses règles du travailleur et l’une d’entre elles c’est qu’il faut démissionner au plus tard le 31 Décembre pour la saison suivante. Sauf que là on était le 25 Janvier, et les auditions pour la compagnie venaient d’avoir lieu le week-end précédent… Ivan s’est mis très en colère et m’a renvoyée de son bureau en me disant qu’il n’avait pas le temps pour ces bêtises, il m’a fermé la porte au nez.

Je suis restée interloquée et j’ai commencé à pleurer, avant de rentrer chez moi, de raisonner toute la soirée et de retourner voir Ivan le lendemain, pour lui proposer de rester un an de plus. Il s’est excusé, m’a dit de partir, de le faire pour moi, mais qu’il fallait que je comprenne, les auditions étaient terminées et il n’avait personne pour me remplacer. J’ai besoin de trois CV de danseuses de ton niveau cette semaine m’a-t-il dit. Et deux jours plus tard j’en avais 10, merci Facebook!

Je vous ai dit que je n’avais pas de contrat au moment de démissionner? C’était un gros risque, surtout qu’à 25 ans ce n’est pas si facile de trouver une place dans une autre compagnie, mais j’ai fait des auditions un peu partout… Le 14 Juillet, sur le point de rentrer à Paris pour étudier (Sciences Po!), José Carlos Martinez, directeur de la Compañía Nacional de Danza à Madrid, m’a donné un contrat.

Cookie

Depuis je profite de ma vie madrilène, accompagné d’un chéri espagnol (de la Galice plus précisément, l’article consacré à cette région merveilleuse arrive!) trouvé sur Meetic et rencontré le 14 Février 2013. On partage notre vie dans un superbe appartement avec ma Louise adorée, mais je m’écarte du sujet!

Anibal et Louise
Anibal et Louise

Grâce à mon directeur et aux maîtres de ballet j’ai pu danser de très beaux rôles depuis mon entrée, et j’ai été promue soliste en Juin 2016. Je consacrerai un autre article à mes rôles principaux avec la CND. Vous verrez c’est passionnant d’être danseuse à Madrid!

Et voilà, à partir de maintenant vous pourrez suivre mes aventures de ballerine en temps réel 😉

J’espère que cet article vous aura intéressés et n’hésitez pas à commenter et poser des questions, je vous répondrez avec plaisir!

Si vous souhaitez avoir de mes nouvelles plus souvent n’hésitez pas à me suivre sur:

Facebook

Instagram 

Pinterest

YouTube

© 2017 – Lucie Barthélémy

Tous les textes et photos sont la propriété de Lucie Barthélémy, merci de ne pas utiliser sans autorisation.

 

 

 

 

Posted by:Lucie

3 replies on “Mon histoire avec la Danse

  1. Lecture passionnante, merci pour cette tranche de vie, j’en reprendrais très volontiers . Et la pâtisserie dans cette vie, comment? Pourquoi? . Oui je suis curieuse et admirative, je vous suis depuis un bout de chemin et je me régale .Allez à la prochaine et affectueusement.

    Aimé par 1 personne

    1. Merci beaucoup I.B 🙂 La pâtisserie est devenue une passion quand je me suis installée à Munich et que j’ai découvert l’univers des blogs 🙂 J’ai commencé à écrire un article dessus, il sera publié dans le courant de la semaine 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s